• Je sais que beaucoup d'entre vous regardent ce blog pour trouver des informations, des idées pour leur futur voyage à Madagascar. Je tenais à faire quelques mises au point avec eux.

    Nous avons voyagé à six: un couple et leurs trois "enfants" de vingt, dix huit et treize ans ainsi qu'une amie. Cela est loin d'être anecdotique car les Malgaches sont très sensibles à la notion de famille et de fait avaient un à priori bienveillant à notre égard.... mais surtout nous constituions un groupe suffisamment nombreux pour louer un taxi brousse ou organiser une expédition! Cela nous à permis de rester un minimum maitre de notre planning.

    Nous avons préparé notre voyage pendant six mois sur la base du cahier des charges suivant: Un séjour de 4 semaines minimum voire cinq, une alternance de périodes de découvertes et de repos et une autonomie maximum. Nous voulions aussi privilégier le contact avec les  malgaches et leurs cultures. Nous avions aussi un avantage important pour les premiers jours, nous avons été accueillis à Tana par une collègue expat que je remercie encore ici. Après mûres réflexions nous avons opté pour une découverte de la partie centrale de l'île et exclus un vol intérieur qui nous aurait obligé à tenir un rythme incompatible avec le cahier des charges (et notablement alourdi la facture du voyage). Nous avons également exclus le service d'un guide et d'un chauffeur qui nous accompagneraient la durée du séjour pour les mêmes raisons.  Un mois de recherche et de discussions sur divers forums nous ont permis d'établir un parcours "idéal" qui nous a servi de base de travail une fois sur place. Ainsi le choix d'un séjour d'un mois et d'un camps de base à Antsirabe s'est rapidement imposé, nous y avons finalement passé 7 nuits en trois fois. Pour certaines expéditions l'aide d'un guide est indispensable ce fut le cas pour les sept jours aller retour nécessaires pour se rendre aux Tsyngis (au départ d'Antsirabe) et les deux nuits passées chez les Zafmaniris (au départ d'Ambositra). Pour le reste un netbook et deux téléphones portables nous ont permis de planifier nos déplacements et nos nuitées sans trop de problème (généralement trois jours à l'avance suffisent). Internet est très présent et nous y avons eu accès 20 jours ce qui nous a permis de donner régulièrement de nos nouvelles à nos proches et leur envoyer quelques photos.

    Ce voyage reste pour chacun d'entre nous une expérience extraordinaire, le dépaysement évidement mais aussi les conditions matérielles et humaines   participent à la prégnance de ces souvenirs deux ans après. Pour peu que vous soyez capable de faire abstraction des standards temporels et matériels de notre vie "à l'occidentale",de faire preuve d'adaptabilité, d'humilité et de respect (sans pour autant être naïf), les Malgaches vous feront découvrir leur pays et leurs cultures avec un enthousiasme rafraichissant. Il reste cependant les problèmes de l'extrême pauvreté et de la situation politique et sociale instable  qui font que sur place les choses ne se passent plus pareil aujourd'hui. Le ministère des affaires étrangères tient à jour son site sur les destinations à hauts risques et Madagascar n'y figure toujours pas même si des contacts sur place nous font part d'un sentiment de dégradation des conditions de sécurité.

     

     

    QUELQUES CONSEILS POUR LES VOYAGEURS

     

     
       

     

     


    1 commentaire
  • Suite à un séjour d'un mois en famille dans le centre de Madagascar en juillet/août 2013, j'ai réalisé treize portraits à partir de photos prises sur place. Ces portraits sont donnés suite au versement d'un don à une des associations "de terrain" de mon choix dont le but est d'améliorer au quotidien la vie des malgaches. Pour plus de précision consulter la rubrique tarifs . Je vous propose de partir à la découverte du centre du pays et de ses habitants à travers ce blog.

    Plusieurs approches sont possibles par les rubriques:

       Portraits: Ce sont les douze premiers portraits réalisés présentés les uns à la suite des autres. Un clic sur le lien ICI en bas de chaque portrait vous renvoie au cadre de vie  du sujet dessiné.

     

     Cadre de vie: C'est la description de notre voyage quasiment étape par étape

     

    ATTENTION: Pour les internautes non initiés à la lecture des blogs, pour avoir un ordre chronologique il faut commencer par la dernière page et "remonter"


    1 commentaire
  •  

    En attendant les visiteurs, j'ai réalisé ce portrait en couleurs de Tina  qui m'a été réservé en cours de réalisation. Merci à la généreuse donnatrice pour sa confiance!

     

    Crayons couleurs

    21cm x 29cm

     

    Pendant l'exposition

     

     

    Réservé


    1 commentaire
  • Crayons couleur

    21 cm x 28 cm

    Le chef de la communauté Zafmaniry de Sakaïvo

     

    Pour en savoir plus, c'est ICI

    Réservé


    votre commentaire
  • Manakara est une petite ville qui se situe sur la côte Est. Cette côte est peu propice à la navigation et aux baignades car exposée à la houle de l'océan indien.

    Pour faciliter et sécuriser les échanges par voie aquatique, un canal longe la côte est sur 500 km: le canal des Pangalanes. L'exploitation commerciale s'est révélée impossible pour cause d'ensablement rapide.

      Laissé à l'abandon, il est source de nourriture pour les pêcheurs car il s'y est développé un écosystème riche et diversifié. Nombre de villages de pêcheurs sont construits le long de ses berges. Ces habitations éphémères sont construites uniquement avec des arbres du voyageurs (palmiers en forme d'éventail, emblème de Madagascar) et sont abandonnées à la saison de pluies et des ouragans.

     

    Manakara,ville de mémoire

     

    Les touristes sont promenés en pirogue (peu sont motorisée) et découvrent ainsi la faune et la flore au fil de l'eau.

     Manakara,ville de mémoire

     

       On y découvre aussi un monument aux morts dédié aux victimes de la violente répression   exercée en 1947 par les soldats français pour calmer les velléités d'indépendance des habitants de la région. Ni le nombre, ni le nom des victimes n'apparaissent sur ce monument qui symbolise les fosses communes creusées pour l'occasion. Il est des moments où la nationalité française est plus lourde à porter qu'à d'autres....

     

    Manakara,ville de mémoire

     

       Nous quittons Manakara par la gare de taxi-brousse dont voici un croquis: Il représente le bâtiment de la COTRAC, une des sociétés autorisée à desservir Manakara.

     

    Manakara,ville de mémoire


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires